Au fil des conversations avec les différents élèves du cours de theatre, la diversité des motivations et parcours apparaît. Certains envisagent réellement de devenir comédien ou comédienne, metteur en scène ou professeur de theatre (amateur ou professionnel), d'autres se demandent comment devenir acteur ou actrice de cinéma, d'autres encore n'ont pas de projet particulier pour l'instant et trouvent du plaisir à jouer, un enrichissement ou épanouissement personnel dans cette pratique de la scène.

Quels que soient les moteurs de la présence de chacun, son niveau et ses éventuelles bribes de talent, ce qui pourrait être le point commun de tous ceux qui ont une motivation suffisante pour persévérer semaine après semaine à l'atelier theatre est un consensus sur la nécessité du travail. Un consensus sur l'évidence suivante : l'art dramatique est une discipline artistique comme les autres. Et s'il ne viendrait pas à l'idée d'un élève d'un cours d'instrument de ne pas faire ses gammes sous prétexte qu'il a montré une once de talent, aucun des élèves comédiens de Nadia Lang, professeur du cours de theatre, ne se risquerait non plus à aller lui dire qu'il n'a pas travaillé son texte ou ne viendra pas au cours parce qu'il n'a pas très envie ce jour là... A une époque où les termes "devenir comédien" recouvrent souvent (notamment dans les medias) la simple opportunité de trouver une occasion de monter sur scène, un tel accord sur la nécessité de suivre une formation de comédien avant d'avoir la prétention de le devenir n'est pas un détail, surtout quand l'âge des élèves va de 15 à 50 ans.

Si cela paraît anodin, il faut quand même prendre en compte l'investissement en temps que cette formation de comédien représente. A titre d'exemple, en ce qui me concerne, en dehors du travail personnel, de spectacles ponctuels au cours de l'année (dont la préparation -minimum 4 heures par semaine- et les répétitions viennent se rajouter à ce planning), de l'atelier comédie musicale, des scéances de travail sur la voix, le cours de theatre du samedi dure 6 heures, le travail sur chaque scène étudiée nécessite au moins 2 heures par semaine. Si je fais le total, j'arrive pour ce premier trimestre, alors que le travail sur les pièces de theatre ne fait que commencer et que le temps demandé est au plus bas, à une vingtaine d'heures hebdomadaires de présence à l'école de theatre de Mantes.

A ce rytme, il est évident que la motivation doit être au rendez-vous, que cela suppose des aménagements dans la vie personnelle, professionnelle, scolaire. Et encore, je ne parle pas de ceux qui sont le plus proche d'un projet professionnel, qui associent souvent des cours de chant, de danse, des casting comédien, figurant, pub ou acteur, des stages de théâtre en France ou à l'étranger, la participation à des pièces ou court métrages avec des troupes, compagnies de théâtre ou réalisateurs extérieurs...

Attention, je ne cherche pas à décourager les candidats éventuels. Si la passion doit être au rendez-vous, cette expérience est passionnante. J'ai vécu dans les cours de pur moments de grâce, que je sois sur scène ou que je regarde d'autres élèves travailler, des instants bouleversants où les larmes fusent, d'autres où l'on s'étouffe de rire, d'autres encore où la vie apparaît au détours d'un exercice de théâtre dans ce qu'elle a de plus beau ou laid, avec une clarté éblouissante. Je ne passerai pas non plus sous silence le bonheur apporté par une scène réussie avec son partenaire ou avec l'ensemble de la troupe, quand on a vraiment l'impression de mettre le feu aux planches...

J'espère que d'autres étudiants de l'école de théâtre laisseront des commentaires et leur propre vision. En attendant, je voudrais aussi vous faire partager un texte trouvé sur le net (sur le site de la plantation des arts) sur comment devenir comédien :

"Après mon bac, je souhaite suivre uniquement une formation en art dramatique.
Quel métier peut on faire lorsqu'on est passionné de Théâtre ?



Il faut bien savoir que vous êtes tous et toutes très nombreux à vouloir être devant le feu des projecteurs, pour peu d’élus. Soyez prudents… Assurez vos arrières en menant parallèlement à votre formation une activité salariée, des études universitaires ou tout autre formation car travailler dans le monde du théâtre peut prendre de nombreuses formes: Acteur (ou figurant) bien sûr, mais aussi metteur en scène, chercheur, scénographe, décorateur, administrateur, accessoiriste, éclairagiste, régisseur, machiniste, mais aussi maquilleuse, costumière, habilleuse, ouvreuse....



Ou s'exerce l'activité de comédien ? C'est le théâtre qui offre le plus d'opportunités d'emploi (près de 80 % des comédiens y travaillent). Le septième art, ainsi que ses dérivés, télévision et publicité, constituent le deuxième grand secteur d'emploi, mais la profession elle même présente de multiples facettes: Certains font partie d'une troupe, d'autres se tournent vers le one-man-show, le théâtre de marionnettes, de rue, corporel (mime), la comédie musicale... La publicité et la figuration ont également recours aux comédiens, ainsi que des employeurs de plus en plus divers : parcs de loisirs, clubs de vacances, spectacles d'entreprise...,Vous pourrez aussi faire entendre votre voix (sans vous montrer) en jouant dans des pièces radiophoniques, en devenant bruiteur ou comédien de doublage.



Comment devenir comédien ? La réalité complexe de ce métier suppose, au préalable :

- De la passion, et un talent artistique très affirmé,

- Une bonne culture générale et littéraire,

- Une bonne prestance ou présentation,

- De la débrouillardise, une maîtrise de soi

- Des qualités physiques comme une bonne santé et une certaine résistance nerveuse.

Or, même si vous avez des possibilités vraiment incroyables, il est non moins vrai que pour devenir acteur (sous entendu un "bon acteur") , ll y a des règles, de grands principes, des façons de faire, des techniques, des méthodes de travail et un langage que les comédiens connaissent et sur lesquelles la communauté artistique compte pour assurer la qualité des productions. Et surtout, c'est en jouant qu'on apprend à jouer . ...Savoir aborder un texte, choisir un monologue, savoir se présenter, s’épanouir dans le jeu : c'est un vrai métier et seule la formation fournit les "heures de vol" nécessaires pour apprendre à piloter au mieux son propre talent en s'appuyant sur le travail de l'interprétation, de l'expression corporelle, de la diction et de la respiration .

Pour vous y préparer, la voie royale reste :

Le Conservatoire National superieur d'art dramatique de Paris

l'Ecole Nationale Superieure des Arts et techniques du théatre de Lyon

L'Ecole Superieure d'art dramatique du théâtre de Strasbourg

L'Ecole du théâtre national de Rennes

Cependant, si la formation aux métiers du théâtre se faisait traditionnellement sur le tas, il faut savoir que plus d'un tiers des comédiens en exercice aujourd'hui justifient de plusieurs formations et l'apprentissage du métier ne saurait se réduire à un parcours de formation figé et unique. ..De plus, lorsque l'on fait le choix de devenir comédien, il faut s'attendre à des propositions très diverses mais surtout à des méthodes pedagogiques, des lectures ou propositions artistiques éloignées de ses propres habitudes. Aussi faut il toujours se remettre à l'ouvrage, tel un artisan : C'est l'objectif principal des nombreux stages organisées par les compagnies dramatiques ainsi que les ateliers de formation professionnelle complémentaire qui ne servent pas seulement à gommer des lacunes de jeu, ou a transmettre des connaissances mais qui fonctionnent comme des laboratoires de recherche sur la création artistique et favorisent des rencontres entre auteurs, comédiens et formateurs.

Les formations privées, très nombreuses, ne sont sanctionnées par aucun diplôme d'État. La scolarité est payante et la valeur de ces études dépend entièrement de la réputation de l'école et de ses professeurs. Certains cours privés sont très prestigieux (cours Florent, Simon, Périmony...).



J’ai entendu parler d’études théâtrales à l’université ? Il existe en France quelques universités d’études théâtrales ...Espaces de réflexion et de transmission des savoirs, elles ont considérablement développé leurs enseignements; assurés par des équipes d'enseignants chercheurs permanents, d'enseignants associés et de chargés de cours, qui permettent à l'étudiant de bénéficier de connaissances en histoire et théorie du théâtre mais aussi d'enseignements pratiques.. L’enseignement des fondamentaux théoriques : histoire et esthétique du théâtre, dramaturgie du texte, mise en scène, analyse du spectacle, droit et économie du spectacle, sociologie du théâtre sur lesquels est porté l’accent, est associé à des enseignements pratiques : pratique du jeu théâtral, atelier d'écriture dramatique, scénographie, théâtre et corps, théâtre et autres arts, marionnettes, etc..

Elles conduisent plus largement à des activités d'enseignement , d'animation d'ateliers théâtraux (Combiner des études universitaires en arts du spectacle avec une formation pratique dans une école, c'est aussi la possibilité de trouver par la suite un emploi complémentaire dans l'organisation du spectacle ou la gestion d'entreprises culturelles)



Quel conseil donneriez vous à un jeune que le Théâtre fascine? Curiosité et ouverture d'esprit ! Le premier devoir de l'acteur est une volonté de recherche c'est-à-dire essayer de voir qui se cache derrière les personnages afin de mieux les interpréter et pour cela de comprendre le fait que dans sa formation, personne ne veut rien lui donner ; au contraire, l'intention est de prendre beaucoup de lui, d'enlever ce à quoi il est d'ordinaire très attaché : sa résistance, ses réticences, son inclination à se dissimuler derrière des voiles, son demi-engagement, les obstacles que son corps dresse sur la voie de l'acte créateur, ses habitudes et même ses« bonnes manières » habituelles afin de faire sortir ce qui, sans cette occasion, resterait caché.. .

Curieusement, quand il s’agit de théâtre, on met en avant la notion de plaisir, comme si jouer était facile et donné à tout le monde pourvu qu’on soit un peu extraverti ou simplement cabotin... Or, tout le monde admet qu’un élève musicien puisse reprendre pendant des heures la même note ou qu'une jeune danseuse s'entraîne régulierement et intensivement... C’est dire que l’on sait que la répétition, l'entraînement, la persévérance, la patience, la concentration sont nécessaires à l’apprentissage et que le plaisir ne vient qu’après l’effort... Il est vrai que le monde du théâtre, du film ou du cinéma attire beaucoup de gens qui souvent n’imaginent pas le travail que ça demande et voient tout en paillettes roses fluo, mais il faut savoir regarder la réalité des choses…

Même avec une bonne dose de motivation, d'humilité, de persévérance, une bonne écoute des conseils et une petite dose de chance ;tout ne vous tombera pas tout cuit, c’est très rare ! Il faut une indefectible determination pour trouver les castings ou auditions, ne pas être abattu par la concurrence acharnée, l'insertion difficile, et les periodes de chomage car la gloire n'est pas toujours au bout du chemin...

Pour mettre tous les atouts de son côté, il est aussi important de "sortir du lot", : être un comédien polyvalent qui sait danser et chanter... être sportif ou connaître plusieurs langues étrangères, (on peut trouver encore bien d’autres signes distinctifs)…. Mais, également se tenir au courant de l'activité et de la création théâtrale et voir un grand nombre de pièces. Les théâtres sont les lieux par excellence de la création et de la diffusion artistique, mais aussi des lieux de rencontres, d'échanges. Des débats, colloques lectures, ateliers autour de spectacles de saison sont régulièrement organisés. Metteurs en scène, dramaturges et auteurs dramatiques s'y cotoient. (Il va de soit que ces actions suscitent des interets et enrichissent le réseau relationnel.)



Peut-on réellement gagner sa vie en tant qu'acteur? Il y a des comédiens connus, ils sont peu nombreux. Il y a les moins connus mais qui arrivent à gagner leur vie, et il y a ceux qui se dirigent vers autre chose, sans que ce soit forcément un échec d’ailleurs... (Il faut savoir que pour vivre décemment les comédiens doivent souvent exercer une seconde activité plus... alimentaire...)

Ceci dit, les salaires sont de deux natures : les cachets qui rémunèrent les prestations et les indemnités de chômage. (Le comédien bénéficie, en effet, du régime spécifique d'intermittent, qu'il peut acquérir en justifiant de 507 heures de travail rémunérées au cours des douze derniers mois. )"