cours de theatre

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Festival d'Avignon : détail du programme du in

, 08:28 - Lien permanent

Programme

Lire la suite...

62e festival en Avignon, ville-théâtre durant trois semaines

, 08:18 - Lien permanent

AVIGNON (AFP) — Le Festival d'Avignon a ouvert vendredi sa 62e édition, qui fera de la cité des papes, pendant trois semaines, la capitale européenne du spectacle vivant contemporain, en compagnie de deux "artistes associés", la Française Valérie Dréville et l'Italien Romeo Castellucci.

Lire la suite...

La Compagnie de théâtre Rire en Coeurs au festival OFF d'Avignon 2008.

, 08:00 - Lien permanent

La Compagnie de théâtre Rire en Coeurs présente Grand, beau, fort avec des yeux noirs brûlants... au festival OFF d'Avignon 2008 du 10 Juillet au 2 Août 2008 à 19h au Théâtre l'Art en Scène 8 rue Londe 84000 Avignon

Lire la suite...

Warren ZAVATTA en Avignon !!!! Du 10 Juillet au 2 Août !

, 06:07 - Lien permanent

L'époustouflantissime, le généralissime, l'énormissime, j'ai nommé le grand Warren ZAVATTA va investir les rues d'Avignon et posera sa malle au Théâtre la Luna-Buffon, tous les soirs à 20h00 !!

Lire la suite...

L'Illustre Théâtre : théâtre itinérant, le retour !

, 06:48 - Lien permanent

Le soir, l'Illustre Théâtre donne rendez- vous aux villageois sur la place ou, selon la météo, sous un abri de fortune. L'accès aux représentations est gratuit. "A la fin, nous faisons tout simplement circuler le chapeau"...

Lire la suite...

Première rencontre avec Frédéric Fachena, du Collectif 12

, 07:46 - Lien permanent

Prise de contact au sujet du projet L'Opéra de quat'sous, Bertold Brecht avec Frédéric Fachena. Présentation des perspectives, appel à candidatures, proposition d'assister aux répétitions déjà entamées par les comédiens du Collectif 12, notamment (désolé pour celles et ceux que j'oublie ou ne connaît pas encore) : Garmirian Eric, Mankita Marcel, Mbembo, Chateau Philippe, Revelut Marie Pierre, Xavier Tchilli...

Quelques mots de présentation au sujet de Frédéric Fachena, qui assurerait la mise ne scène de la pièce :

Membre fondateur de la compagnie Emballage théâtre, il participe à toutes les créations de la troupe de 1982 à 2005, comme comédien, administrateur et exceptionnellement metteur en scène.
Depuis 1985, tout en poursuivant un travail de formation pour le théâtre des Amandiers de Nanterrre et le CDN Théâtre de Gennevilliers (Centre dramatique national de création contemporaine), il collabore à la création de différents spectacles de la compagine Landyvolafotsy de Madagascar.
Co-directeur du Collectif 12 de Mantes la Jolie depuis 1998, il participe à de nombreux évènements urbains, met en scène plusieurs spectacles et joue dans diverses productions de la structure, notamment Splendid's de Jean Genet et XAVA d'après Raymond Queneau mis en scène par Catherine Boskowitz.

Aline : le théâtre c'est donner

, 05:57 - Lien permanent

Ci-dessous, un mail qui nous a été adressé :

"Bonjour, depuis très longtemps j'ai envie de faire du théâtre, mais je ne sais pas réellement où m'adresser. C bien dommage car je suis vivement intéréssée même fascinée par la scène, le jeu des émotions quelles soient tristes, comiques... Actuellement je n'ai aucune expérience, j'ai juste fais de la danse classique, petite ce qui m'a permis de faire des "petits"spectacles. Je me vois encore avec mon petit costume, à chaque fois, une ENORME envie d'y aller et puis d'un côté une PEUR INEXPLIQUEE qui disparait et qui se transforme en une vague de bien être, et l'envie de ne plus repartir, dy reste longtemps. Autour de moi, mes amis, des membres de ma famille me disent que je devrais faire du théâtre, que je ne suis pas comme les autres, je fais sens arret le pitre, et j'adore ça, j'aime donner, amuser la galeire comme on dit, c'ets une satisfaction intérieure pour moi. Plus je grandis et plus j'ai une envie de faire du théâtre, quand j'en parle "j'ai des papillons dans la ventre", je suis intriguée d'en faire, je suis presque émue. je ressens le besoin intense de m''évader par le théâtre...."

Bonjour Aline. Bien sûr qu'il faut mettre cette passion à l'épreuve de la réalité. Avez-vous parcouru notre rubrique sur la formation d'acteur ou d'actrice ?

Atelier théâtre d'été dans le Cher

, 19:06 - Lien permanent

"Bonjour!

Je suis guide cet été dans un petit village du Cher (18) au château de Sagonne (à 10min de Sancoins) et j'organise des ATELIERS THEATRE pour enfants de 6 à 12 ans.

Les ateliers ont lieu CET ETE de juillet à septembre 2008, les mardi et vendredi de 18h30 à 20h30, avec un travail basé sur l'improvisation théâtrale et l'expression corporelle.

Un petit spectacle aura lieu à l'occasion des journées du patrimoine en septembre.

N'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus! ; mellecharlotterenaud@yahoo.fr 06 64 50 62 06"

Grande fête du théâtre amateur au Québec

, 17:59 - Lien permanent

L'année 2008 marque le 50e anniversaire de la Fédération québécoise de théâtre amateur. Et c'est ici que ses artisans viendront célébrer ce demi-centenaire d'audace et de créativité.

Lire la suite...

Sarraute : Elle est là - au theatre de la Commune

, 17:55 - Lien permanent

Le Théâtre de la Commune à Aubervilliers accueille jusqu'au 20 juin "Elle est là" de Nathalie Sarraute

Lire la suite...

Doutes ou le blues d'un comédien amateur après deux ans de formation à lENM de Mantes

, 14:25 - Lien permanent

Une sensation un peu amère en ce qui me concerne en ce lendemain de spectacle. Le sentiment d'avoir beaucoup donné, d'avoir sacrifié toute cette année des choses dans ma vie personnelle pour une seule représentation dans une salle aux trois-quart vide et des retours plus que tièdes. J'avais pourtant le sentiment que ce que nous avions présenté était plutôt dans le haut de la fourchette de ce que nous étions capables de faire et que -sans être du travail de comédien professionnel- cela pouvait présenter un intérêt pour des spectateurs. Je sais que les critiques les plus constructives ne sont pas celles qui vous encensent, mais si j'ajoute :

  • pour Macbeth que ce que je prenais pour de l'émotion a été perçu par certains comme du pathos outrancier
  • pour Sarraute que nous n'étions que des têtes sans corps
  • pour Tartuffe que le jury n'a rien retenu de ce produit insipide
  • et le silence assourdissant de connaissances qui ne voient rien à dire de positif



si je tiens compte du fait également que je ne suis pas sûr de pouvoir notablement progresser et trouver ces fameuses couleurs qui me font tant défaut ("un bloc de marbre sur des rails"... quand même...), je me dis qu'il faut quand même avoir le moral bien accroché pour trouver un point positif dans ce bilan et garder une énergie (probablement aveugle) pour continuer cette aventure...

mode pleurnichard et dépressif : fin/

Résultats de l'examen de la classe de theatre de l'ENMDT

, 14:03 - Lien permanent

Tous les élèves présentés pour un pasage en cycle supérieur ont été promus avec mention bien ou très bien. Félicitations !

Générale du spectacle du 7 juin

, 09:14 - Lien permanent

Générale un peu plate hier.

Rappel de Nadia : le texte n'est qu'une piste. S'il ne passe pas par le corps du comédien, si l'acteur n'est pas un être affecté, traversé par l'affect, l'exercice est vain et le theatre est ennuyeux.

A suivre...

Juliette Binoche

, 09:06 - Lien permanent

Une éthique de l'actrice ? Faire ou être ? L'acteur est il un grand menteur ou une nécessité humaine ?

Ecouter l'actrice Juliette Binoche en podcast

Le théâtre municipal d'El Jadida agonise

, 08:19 - Lien permanent

sur la place Mohammed V de la ville d'El Jadida en ce samedi après-midi...

Lire la suite...

La Palme d'or de Cannes, sortie avancée pour entre les murs de Laurent Cantet

, 08:12 - Lien permanent

«Entre les murs» de Laurent Cantet sera finalement à l'affiche trois semaines plus tôt que prévu. Avec l'espoir de représenter la France aux Oscars.

Lire la suite...

Christine Fersen

, 09:06 - Lien permanent

La doyenne de la Comédie-Française avait joué Médée, Lucrèce Borgia…

Lire la suite...

Les blogs sur la formation d'acteur d'Acting International, école de theatre, cinéma et de la télévision

, 06:14 - Lien permanent

A la demande d'Acting International, nous relayons ici leurs blogs pour vous faire partager leur réflexion et, éventuellement, découvrir leur école de theatre, cinéma et de la télévision.

Lire la suite...

Mardi 24 juin, ENM, À 20h30 : « Didon et Enée »

, 09:24 - Lien permanent

Mardi 24 juin à l'école nationale de musique de Mantes , à 20h30, représentation de l’opéra « Didon et Enée » d’Henry Purcell par l’orchestre, les chœurs, les classes de chants et de théâtre de l’école. Composé en 1689, l'opéra met en scène Didon reine de Carthage, séduite puis abandonnée par Enée.

Mise en scène de Nadia Lang, avec la participation de Claire Sacchi, Xavier Martinez, Alexandre Vanfrackem et Alexandre Julien.

Réservation indispensable

Michel Vinaver, interview en podcast

, 06:13 - Lien permanent

Interview intéressante de Michel Vinaver à écouter dans le podcast de l'émission du 19 mai de Comme au Theatre au sujet de...

"Par-dessus bord" de Michel Vinaver jusqu’au 15 juin, au théâtre de La Colline à Paris

"C’est un spectacle exceptionnel, pas seulement par sa durée, près de six heures, mais aussi par sa richesse, sa virtuosité, ses références à tout ce qui fait la grandeur du théâtre, son ambition d’être un théâtre total avec de la danse et de la musique. Michel Vinaver, qui fut rappelons-le PDG de Gillette France, s’appuie sur son expérience pour nous embarquer dans l’histoire d’une entreprise Ravoyre et Dehaze, leader de son secteur, le papier-toilette, et nous offrir un tableau des mutations de l’économie française à la fin des années 60. Michel Vinaver n’a pas choisi au hasard ce produit. Il dit « l’excrément est une bonne métaphore du capitalisme. Il tire sa force du renouvellement constant des déchets », autrement dit ingérer, évacuer, ingérer, évacuer est une bonne image du capitalisme. Mais même si nous assistons aux débuts de la mondialisation, au triomphe du marketing et de ses gourous arrogants et délirants, ce n’est pas pour un cours d’économie que Michel Vinaver nous embarque. C’est du théâtre comme on en rêve, ancré dans la réalité de son temps, mais qui renvoie aussi aux mythes représentés ici par un professeur qui évoque beaucoup Georges Dumezil et qui nous parle des combats des Dieux islandais. Shakespeare aussi est convoqué. Comme dans le Roi Lear, un patriarche s’efface du pouvoir que se disputent ces deux fils, le légitime, Olivier, et l’illégitime, Benoît. Ce dernier plus brutal, plus « moderne » l’emporte mais se heurtera à d’autres obstacles. Aristophane n’est pas très loin lui aussi et l’on rit beaucoup du discours si brillant et si vide des conseillers en marketing et du lancement du papier-toilette bleu-blanc-rouge qui s’imposera forcément sur le marché français, les ménagères ne pouvant résister à l’appel patriotique. Les thèmes s’entremêlent. Au centre l’entreprise, les combats économiques pour résister à la concurrence américaine, les combats pour le pouvoir, le passage à une économie où l’important devenant de séduire le consommateur, les marketeurs et les publicitaires s’imposent peu à peu. En outre, l’entreprise est aussi une vraie scène de théâtre avec des stratégies personnelles, des amitiés, des connivences au même titre que des rivalités. Il y a ceux qui foncent, ceux qui font semblant, ceux qui sont dépassés, ceux qui s’efforcent de résister sans trop se faire remarquer. Mais d’autres thèmes s’enlacent au thème central, l’antisémitisme ordinaire, la jeunesse qui oscille entre révolte et conformisme cynique, les créateurs d’avant-garde sont même brièvement convoqués comme capteurs de la perte de sens. Dans un exercice drôle d’autodérision, il y a même le cadre qui est aussi écrivain et qui s’interroge sur la possibilité d’une pièce aussi longue avec autant de personnages (une trentaine), des danseurs qu’il pense à supprimer car c’est trop cher (superbe Guesch Patti, qui chante aussi) mais qui résistent ! Comme dans un morceau de Bach, Michel Vinaver joue des variations sur les nombreux thèmes qu’il entrecroise et qui donnent son rythme à la pièce. Christian Schiaretti a signé une mise en scène superbe et juste. Il tient l’équilibre entre réflexion et ironie, entre dérision et tendresse pour les personnages. Dans un décor qui évolue des empilements de carton et du cadre un peu désuet de l’entreprise de la première partie, à un espace chic et pop dans la seconde, son spectacle trouve la légèreté nécessaire, accompagné par un petit orchestre de jazz où chante Guesch Patti et entraîné par le narrateur, double de l’auteur, joué par le formidable Olivier Balazuc. Avec lui, les trente comédiens mériteraient tous d’être nommés. C’est la première fois que la pièce est présentée dans sa version intégrale en France (on avait pu en voir une version abrégée en 1973 au TNP puis en 1974 à l’Odéon dans une mise en scène de Roger Planchon). Courez la voir en une fois ou en deux soirées". Micheline Rousselet sur snes.edu

Par-dessus bord Texte de Michel Vinaver Mise en scène de Christian Schiaretti Intégrales à 14h30 chaque samedi et dimanche du 17 mai au 15 juin. 1ère partie : mardi 20, mercredi 21et jeudi 22 mai, mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 juin à 19h30 2ème partie : mardi 27, mercredi 28 et jeudi 29 mai, mardi 10, mercredi 11 et jeudi 12 juin à 19h30 Théâtre National de La Colline, 15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

- page 3 de 18 -