... cela va de pair avec une part de tradition scolaire un peu étrange en tant qu'adulte.
Je ne dis pas cependant que cet aspect est inintéressant.
Si la formation d'acteur est en effet au rendez-vous, pour qui y est réceptif, dans chaque scéance de travail, que ce soit par des exercices, la répétition d'une scène ou le fait de regarder le travail accompli par les autres étudiants comédiens, ce bulletin, dans la mesure où Nadia, notre professeur d'art dramatique, y accorde de l'importance, est l'occasion pour elle de nous donner une trace écrite du bilan provisoire qu'elle fait de notre évolution et surtout de souligner quelques points-clefs à travailler dans les mois à venir. J'ai toujours été attentif à cette aptitude pédagogique primordiale à mon sens qui consiste à choisir le point précis que la personne qui apprend doit travailler pour avancer et à lui en faire part de la meilleure manière au bon moment, ce, quelle que soit la discipline enseignée. Je sais par expérience que si le pédagogue est bon, tout est à gagner à se fixer comme priorité absolue le travail sur les pistes fixées et j'ai vécu plusieurs fois un étonnement (au sens fort) considérable des potentialités que pouvait libérer le travail sur ce qui à l'époque m'apparaissait comme un point de détail pas plus important qu'un autre.
L'exercice est d'autant plus difficile que l'enseignant est passionné, car il émet alors forcément beaucoup d'informations "à chaud" sur ce qu'il voit, qui font l'objet d'un contrôle moindre (sans pour autant être moins pertinents) mais sont parfois dures à "encaisser", notamment en ce qui me concerne.
C'est tout l'intérêt de ce document écrit, calme, réfléchi, où les priorités sont clairement énoncées. C'est certainement un travail lourd qui n'aurait aucun intérêt -selon moi- s'il était fait à la va-vite qui manifeste de la part de Nadia un profond respect pour chaque élève dont elle suit le parcours et une reconnaissance du travail effectué. Je pense qu'il est opportun ici de l'en remercier.
A titre d'exemple, voici quelques éléments de mon bulletin de premier trimestre :
Travail corporel : Assouplir l'axe vertébral pour trouver une plus grande liberté corporelle
Interprétation : Travailler, pour chaque auteur, la diction et la respiration que nécessite son écriture
Pistes de travail : l'attention au partenaire. La recentration du jeu sur la situation dramatique et la ligne d'action des personnages. Se libérer du "pointillisme" (jouer le mot ou la phrase) pour mettre en valeur les grandes unités de sens. La tonicité corporelle.
Pistes de travail 2ème trimestre : A développer (encore) : la patience... A vaincre : une certaine rigidité intérieure qui empêche le "déjà bien" d'aller vers le "beaucoup mieux".
Yves.