51. Phrases : 1 On fait ce qu’on fait, on sait qu’on le fait, mais est-ce qu’on sait ce qu’on fait ? 2 Un jour la mer s’est retirée, elle n’est jamais revenue 3 L’insecte dans le pantalon 4 L’insecte dans le pull 5 L’insecte dans les cheveux

52. Mise en scène : actions physiques qui accompagnent une phrase Une personne est assise sur scène sur le proscenium, côté jardin, face public. Elle lit et ne doit pas intervenir verbalement durant le jeu. Une autre personne entre fond de scène côté jardin et va évoluer suivant un tracé en forme de triangle : elle doit partant des coulisses aller côté cour porter des livres, ensuite se diriger à côté, juste derrière ou devant le comédien assis puis retourner en coulisse. Il a une phrase à prononcer et il conviendra de chercher à quel endroit durant le trajet le texte sera dit. Suivant l’endroit l’impact sera différent. • « tu m’as déçu » • « j’attendrai le temps qu’il faudra » • « je ne viendrai pas, même si tu me demandes à genoux » Le maître de jeu proposera à son grès d’autres situations mettant en scène d’autres actions physiques. Ex : La préparation d’une soupe, une tâche ménagère, un courrier à rédiger etc.…

53. Scénario : dans une salle où des gens attendent. Au centre une table basse ; sur la table une boite fermée ( de bonbons, mystérieuse, paquet cadeau ) les gens qui sont assis dans cette salle n’ont pas de consigne concernant la boite. Un acteur entre avec pour mission secrète d’ouvrir la boite et de prendre possession de ce qu’il y a dedans. Les acteurs, piégés, évoquent leur sentiments, émotions, blocages, frustrations, réprobation, etc.…

54. Scénario : Chaque personne dans la salle évoque des souvenirs d’enfance avec des parents imaginaires.

55. Improvisation : Dans le bus, une place libre à côté de quelqu’un… Options : • oui/discussion • Non/ mon ami va arriver • Au moment de s’asseoir une personne lui pique la place • La personne d’à côté change de place • Après s’être assis une personne arrive et demande à récupérer sa place • Demande à prendre sa place à cause d’un malaise.

56. Grommelot : Improviser en grommelant. Cet exercice, qui débarrasse l’acteur du texte mais pas de l’énergie de ce texte, permet de se concentrer sur la cohérence entre le geste et son sens • 2 voyous dans un parc. • une fille et un garçon se rencontrent. • un enfant malheureux. • le clochard qui fait les poubelles. • le maître et ses élèves.

57. Avant, pendant, après : C’est une pièce en trois actes qu’il faut créer, qui peut se jouer à plusieurs, ou à deux, ou seul. La réflexion à avoir c’est que le même sentiment évolue d’un jour à l’autre. Donc, pour ne pas écraser un jeu, rendre une pièce plate, pâteuse, il faut apprendre à varier l’expression du sentiment qui anime le personnage incarné. Avant : avec une copine, stratégies, jeu de la vérité, clarté, émotion, volonté Pendant : face à face, dans le lit, il rentre tard, en attendant l’ascenseur, en dansant Après : au travers d’un texte anodin : Bonjour… T’as pris le courrier ? Ils ont dit que la guerre serait bientôt finie… J’ai préparé un…

58. Les gestes qui vont avec les mots : • Une pierre • Un oiseau • Les petites choses fines • La porte de la chambre de mes parents • Le vent dans les arbres • Le bout de mes pieds qui joue dans le sable • Les cacahuètes • Le silence • L’air marin • La solitude

59. Improvisation : • La famille, émotion, histoires de jalousie, de frustration, d’amour, de haine d’injustice. • Une table avec posés des photos de tous les parents, enfants absents. 60. Travail sur le corps : Joindre un sentiment avec une posture. Les yeux fermés La bouche ouverte La main gauche incontrôlable Les jambes serrées Les mains jointes Ne tenant pas en place Guettant quelque chose En marchant Hiératique Complètement mou Endormi Déséquilibré

61. Impro . Thème : IL y a le riche, le pauvre, le chef, le soumis, le plus âgé, le plus jeune, le perdant, le gagnant.

62. Impro. Thème : La meute : des hommes loups avec le chef, ses femelles, toute une hiérarchie.

63. L’événement et l’action : • assiette brisée • balle qui roule • salle d’attente chez le dentiste • du vent et un volet qui claque • le bateau s’incline avant de couler ( s’intéresser au rapport entre l’action et l’objet )

64. Respiration : Arriver haletant, s’asseoir, ranger quelques affaires, apaiser son souffle et dire « j’y suis » Assis en paix ; soudain le téléphone sonne . Une nouvelle déroutante, existante. A deux : elle arrive, essoufflée, il là reçoit, adapte son rythme au sien, puis, progressivement, modifie la pulsation de sa partenaire.

65. Thèmes : • Je suis enceinte • Je vais le quitter • Il ne rentre pas ce soir • Je vais partir deux ans autour du monde • Nous allons nous marier • IL n’y a plus de sel • Une bombe vient d’exploser • Un ami m’a trahi • La porte est fermée à clef • Il manque une chaise • Il faut que j’aille aux toilettes • Il est trop tard • Je brûle d’amour pour vous • C’est à qui le tour • Je n’ai pas de cadeau • La télé ne marche plus

66. Improvisation « aux trois peintures » : Chaque tableau sera utilisé comme une fenêtre . C'est un jeu collectif ou apparaît un meneur, donc des conflits, jeu de pouvoir thèmes : • tous réunis à un séminaire • Réunion de famille • Club de vacances

67. Les actions physiques : L’un est en train de développer une action, ex : laver les carreaux, quand l’autre entre et réagit dès que le premier lui dit « bonjour monsieur » Celui qui entre peut intervenir avant ou après la phrase ou ne pas intervenir. Le tout est que l’un et l’autre justifient leurs actions.

68. Support : • En lavant les carreaux • En glissant la main dans le slip • A quatre pattes • En dansant • En se nettoyant le nez • En pleurant • En riant • En écoutant derrière la porte • En cherchant quelque chose sur soi avec frénésie • En priant • En buvant un coup • En se mettant du parfum • En faisant des gestes violents contre une personne imaginaire • En classant des affaires • En s’épilant • En faisant le ménage

69. Avec la respiration : Ce que je dis n’est pas ce que je pense. Ex : « je n’ai pas peur » mais mon halètement trahit la panique intérieure que je veux maîtriser ?? Je boue d’impatience… Cela fait deux heures que j’attend, deux heures de trop… Je me moque de ce que vous dites… ?? Non merci je n’ai pas faim… Le geste et la parole : je fais d’abord le geste qui exprime ou l’intention de ce que je vais dire, ou le sentiment caché. • Viens, tu fais comme tu veux • Ça m’est égal • Je suis d’accord avec vous • Je suis très heureux • Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant • Il y a des petites choses qui n’ont pas de prix je dis la phrase comme je la ressens puis j’exprime par un geste que je regrette le ton de cette phrase.

70. mise en geste préparer une mise en scène à partir d’un texte inconnu du public jouer la scène en disant le texte mentalement questionner le public sur ce qu’il a saisi du propos rejouer la scène cette fois avec le texte dit à haute voix évaluer l’apport de la mise en geste sur le texte

71. Pathos Pour lutter contre le pathos, jouer une scène avec une balle, imposer à l’acteur une action physique qui n’ait aucun rapport avec l’intrigue

72. Puissance vocale : pouvoir et charisme : je te parle doucement même si tu es loin ; ainsi je fausse les rapports, je crée du virtuel, une fausse distance ; je te parle fort même si tu es prêt, je t’éloigne virtuellement.

73. Changer de personnage • avec le corps /par le corps • épaules en avant/ en arrière • tête en avant/ en arrière • Avancer la mâchoire inférieure • Plier légèrement les jambes et s’appuyer sur bassin. • regarder du fond des yeux ( cette pratique permet de prendre une distance avec ce que nous disons, faisons, subissons ) • appréhender les choses de devant, c’est-à-dire avec la partie du corps qui est la plus prêt de votre partenaire(il faut imaginer que la partie cachée de notre corps est inerte, sans ressenti de la situation vécue côté face ) • penser la réponse en surface, avec la peau • inversement gérer les sensations avec le derrière du corps, comme si nous parlions avec la peau du dos.

74. Habitudes et rituels : l’idée c’est que dans la vie nous avons catalogué un certain nombre de comportement, que nous réutilisons sans cesse ; l’acteur pioche dans cet inventaire personnel et exécute souvent le même type de jeu pour des situations différentes. Au fond dans la vie notre jeu d’acteur est d’une grande pauvreté ( même réaction face à la colère, à la frustration, au désir, au besoin, à la peur, etc.… ) : Plaquer des sentiments différents ( colonne de droite ) sur des textes identiques ( colonne de gauche )

75. Consonnes et voyelles : Compréhension du rôle des consonnes et des voyelles ex : lance-pierre, projectiles joindre le geste avec le son. Choisir une cible. Ramasser sa force du sol vers les yeux de l’adversaire S’élancer vers l’adversaire en criant le mot choisi accompagné du geste approprié.