Au crépuscule d'une nuit d'automne, alors que la lune réfléchit sa lumière d'argent à la surface des flots, le général Kiyotsun Taira joue de la flûte.
Debout, à la proue du navire, il saisit son poignard et tranche la natte réunissant ses cheveux qu'il dépose à ses pieds, puis il disparaît dans l'onde.
Au seuil de sa demeure, le fantôme du Samouraï apparaît. Lui faisant face, son épouse lui demande : "Pourquoi es-tu parti ?"
"Pour sauver mon armée", répond-il "car je savais la bataille perdue d'avance et j'ai ainsi épargné la vie de mes hommes et de leur famille".
"Et moi", dit-elle, "As-tu pensé à moi ?"



Tel est le texte de Jean Leduc que Goeffrey Richard nous a invité à lire en préliminaire à son interprétation au saxophone de l'oeuvre de Ryo Noda. Une bulle d'Orient dans un dimanche matin.